Hitman (2007)

Réalisateur : Xavier Gens

 

Cette critique est faite a partir du visionnage de la version Director's Cut du film.

 

Je pourrais en dire long sur cette jaquette

 

 

Si dans le domaine de l'infiltration, Splinter Cell et Metal Gear sont les plus connus, la série Hitman n'a rien à leur envier, bien au contraire. Fort d'un gameplay permettant à tout un chacun de réussir une mission à sa façon, Hitman n'a pas eu de mal à convaincre les amateurs du genre.

Évidement, devant les succès et la popularité de la série, les producteurs cinématographiques furent eux aussi convaincu par les possibilités (mais commercial cette fois) du titre. Cependant, la production et le film mettront du temps à se lancer, et il faudra attendre 2007 pour que le film sorte sur les écrans.  Produit par la fox et EuropaCorp, réalisé par Xavier Gens (sous les recommandations de Luc Besson), le film peine a convaincre les fans de la série, et ce pour plusieurs raisons.

 

 

 

Parlons d'abord du casting, pendant la pré-production du film, plusieurs nom circulèrent pour jouer le rôle de 47, on parlait entre autre de Vin Diesel ou Jason Statham. Ce fut donc une surprise que de voir Timothy Olyphant endosser le costume, et soyons honnêtes c'est moyennement convaincant. Non pas que l'acteur est mauvais, au contraire on sent qu'il fait des efforts pour être dans le rôle, mais il n'a absolument pas le physique, un visage trop candide et un corps loin d'être imposant. Bref, c'est surtout un souci physique, car mine de rien quand on adapte un jeu, ça compte un peu.


Un autre souci de casting, le personnage de Nika Boronina incarné par Olga Kurylenko. Xavier Gens explique Nika est un personne qui réveil l'humanité de 47. Pourquoi pas ? Après tout aussi imperturbable et imposant qu'il est, le héros a montré dans les jeux qu'il n'était pas une personne totalement insensible (notamment dans Hitman 2 ou il reprend du service pour sauver un prêtre qui s'est occupé de lui). Seulement voilà, plus le film avance, plus le personnage de Nika se montre inutile, donnant plutôt l'impression d'être là que pour répondre aux quotas de fille sexy tendance vulgaire cher aux productions Besson.

 

Mais c'est surtout dans sa globalité que Hitman peine à convaincre les fans, car le film ne donne pas l'impression que les auteurs aient saisi les bases du jeu. Il donne plutôt l'impression d'en avoir fait qu'a leurs têtes.

 

 

 

Je ne vais pas m'étaler sur le scénario ou sur les origines revisitées de l'agent 47, le premier élément étant plutôt classique et le second étant tellement peu mis en avant qu'on se demande l'intérêt de l'aborder (et accessoirement de l'avoir modifié).

Revenons un peu sur le jeu. Hitman est un jeu d'infiltration pur, s'il est possible de finir la plupart des missions en bourrin, tout l'intérêt réside dans le fait d'éliminer ses cibles de la façon la plus discrète ou subtil qu'il soit, rester une ombre et ne jamais éveiller les soupçons.

Hors le film se montre vraiment bourrin, explosion, mitraillage, 47 ne fait pas dans la dentelle, on est loin de l'infiltration et de la furtivité la plupart du temps.  Tout ceci est évidement dans le but d'offrir au spectateur sa dose de spectacle, quitte à tomber dans le hors sujet, comme cette séquence de combats de sabre, bien mis en scène, mais qui n'a absolument rien à voir avec l'esprit du jeu.

 

Ajoutons à cela quelques éléments incongrus, comme le fait que le héros pense a tué, avec un flingue, une cible en pleine rue, entouré de badeau, dans le genre discret, on a vu mieux. 

Enfin, on soulignera une tendance à la violence gratuite. Attention, je ne dit pas que Hitman n'est pas un jeu violent, ce serait déplacé, mais plus d'une fois le film s'attarde sur des éléments violent (bras coupé, oreille arraché…) qui sont un peu too much et qui n'apporte rien.

 

Au-delà de l'adaptation, le film est loin d'être irregardable pour un néophyte. Mais il se montre tout sauf original aussi bien sur la forme que le fond, le scénario se coltinant au « Moi-protéger-toi » que nous a ressassé Luc Besson plus d'une fois depuis Léon (Le transporteur, le cinquième élément, le baiser du dragon…).

 

 

 

 

Hitman est clairement le type d'adaptation qui cible avant tout un large publique sans réellement chercher à s'approprier les bases dont il est issu. Loin d'être un film honteux pour le néophyte et le cinéphile peu exigeant, il ne risque aucunement de satisfaire le fan perfectionniste (et dieu sait que lorsqu'on joue a Hitman, on devient perfectionniste)

 

Où le trouver ?

 

Le film est sortie dans une édition Director's cut en DVD et Blue Ray.



27/11/2009
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 3 autres membres