Zelda : Ocarina of Time (2000)

Auteurs : Himekawa Akira

 

 

 

 

Zelda Ocarina of Time est le premier manga concernant la grande saga de Nintendo à être dessiné par le duo Himekawa Akira. Gros succès commercial et critique (encore aujourd'hui cité comme référence du genre) Himekawa se retrouve donc avec un titre exigeant au vu des fans du jeu. Malheureusement cette adaptation est loin d'être convaincante, pire elle se montre plutôt énervante sur plusieurs aspect.

 

 

 

Premier mangas de Himekawa sur la série oblige, il ne faut pas s'étonner que le design se montre moins convaincant que sur les adaptations suivantes, de ce fait, si le dessin d'A Link To The Past était classique et peu original, celui d'Ocarina of Time est médiocre. Les personnages sont grossièrement dessinés, les traits sans finesses, le tout sur un style vu et revu qui peine a marqué. Bref rien que sur ce point le manga peine à convaincre, pourtant ce n'est pas cet élément qui se montre le plus mauvais dans cette adaptation.

 

Faire une adaptation est quelque chose de complexe, trop respecter une œuvre n'intéressera que les fans, prenez trop de libertés et vous vous attirez les foudres de ces derniers. Bref il faut savoir bien doser tout ces éléments, hors Himekawa le fait, mais de forte mauvaise façon. Comprenez par là que le scénariste se plante quand il prend des libertés et il se plante également quand il décide de respecter le manga.

 

 

Au niveau des libertés prisent, Himekawa a la fâcheuse manie de foutre en l'air les instants les plus forts du jeu. Exemple avec la première rencontre entre Link et Zelda. Si le jeu avait mis en scène leur rencontre de façon intelligente (arrivant plus tardivement que dans les autres épisodes ajoutant au fait que Link doit pénétrer illégalement dans le château pour la rencontrer), le manga lui n'a pas autant de subtilité, réutilisant le cliché de la princesse déguisé en citadine pour découvrir le monde extérieur. Il en est de même pour la rencontre entre Ganon et Link, si dans le jeu Link ne fais qu'entrevoir Ganon avant de le rencontrer sur le pont, dans le manga il le rencontre de face bien avant, ce qui gâche l'importance de la scène.

Ajoutons a cela que les personnages ont tendances à être insupportables, soit parce que cliché jusqu'à la moelle, soit parce qu'aucunement développer, soit parce que tout simplement agaçant, bref a aucun moment on ne s'attache à eux.

 

Comme dit plus haut, il ne faut pas s'attendre a des miracles lorsque l'auteur décide de respecter le manga. Au contraire, les éléments respectés du jeu sont tout à fait ridicule placé tel quel dans une narration classique. Link trouve toujours le bon objet au bon moment. Le monstre est dur à battre ? Quel chance, il y a des flèches sacrés juste dans la pièce ou notre héros l'affronte. Voilà le genre d'élément scénaristique que Himekawa a cru bon de garder.

 

A tout ceci il faut rajouter un gros problème de narration. Les éléments s'enchainent vîtes, les personnages sont peu développer, la fin est précipité et on a, pour compléter le tableau, droit a des incohérences scénaristiques.

Le manga fait 2 volumes, ou plutôt 1 volume et demi, l'autre moitié du volume 2 étant rempli avec 2 spins offs a l'intérêt plus que relatif.

 

 

 

Si je qualifiais, dans un article antérieur, le manga A Link to the Past du même auteur d'oeuvre anecdotique, Ocarina of Time lui est mauvais, aussi bien sur la narration que sur le design. Une œuvre tout à fait dispensable.

 

Où le trouver

 

Les 2 volumes sont sortis en France aux éditions Soleil.



04/12/2009
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 3 autres membres