Super Mario Bros : Le Film (1993)

Réalisateurs : Annabel Jankel, Rocky Morton, Roland Joffe et Dean Semper

A tout seigneur tout honneur. Voici venir le film qui a lancé la mode des adaptations de jeu au cinéma. Celui qui à ouvert les vanne qui ne se sont jamais refermé depuis.





Il n'est pas étonnant que Super Mario soit le premier adapté au cinéma, puisque c'ést (encore aujourd'hui) l'un des jeux plus populaire. Par contre les producteurs aurait dut y réfléchir à 2 fois avant de se lancer dedans, et pour cause, avec son univers coloré, ses tortues et champignons qui marchent, et son principe de tuyau, l'adaptation live est quasiment impossible.

Le tournage du film fut d'ailleurs un parcours du combattant puisqu'il a littéralement épuisé 4 réalisateurs et 3 scénaristes, et fut pour Bob Hoskins (Roger Rabit) l'une de ses pires expériences (à tel point qu'il avait peur qu'une suite se fasse).
Mais bon, il y a beaucoup de film dont le tournage fut calamiteux mais dont sont sortis des chefs d'œuvres (Jaw ou Apocalypse Now en sont de bons exemples), fut ce le cas pour Super Mario ? Malheureusement non.




La première chose qui frappe, c'est que apparemment les scénaristes et les réals sont partis avec l'idée de faire tout le contraire du jeu, plutôt que de tenté d'adapter un tant soi peu fidèlement. Il en résulte un univers que le fan peine à retrouver, malgré toutes les tentatives pour souligner les éléments issus du jeu.
Et comment lui reprocher, l'univers de Mario Bros se résume à une ville cradingue qui semble sortie de l'époque des mauvais bis italien (quand ces dernier c'était mis au post apo et copie de Mad Max). Là où les niveaux des jeux émerveillés par leur originalité et leur couleur, les décors film, au pire laisse sceptique au mieux indiffère.




Ce non-respect du matériel de base ne s'arrête pas au décors. Si Bob Hoskins est bon dans le rôle de Mario (au moins physiquement), on ne peut pas en dire autant des autres personnages, à commencer par Luigi, qui ne ressemble en rien au personnage original, et pour cause, dans le film il est jeune, sans moustache et c'est lui qui emballe la princesse.

Dans le rôle des méchants, on retrouve Denis Hoper en Koopa/Bowser qui brisa sa prometteuse carrière avec ce rôle très cabotin, mais le pires se sont sans doute les goombas, géant à la tête d'abruti, les comparer avec les originaux revient à jouer au jeu des 2 000 erreurs.





Mais le film en lui-même (si on fait fit de tout le coté "adaptation") est t'il bon ? Si certain l'ayant vu jeune (publique cible du film) en garde un bon souvenir, il ne supporte pas un re-visionnage une fois arrivé dans l'adolescence. Le plus dur est sans doute pour les fans de la saga qui ont du mal à retrouver leur univers.

En gros, un adulte se demandera ce qu'il fait là, pour un fan du jeu se sera un choc. Il ne reste donc plus que les jeunes qui n'ont jamais connu Mario pour l'apprécié, malheureusement ces derniers sont de plus en plus rare vu que le personnage est devenu une icône internationale entre temps.

 



En résumé.

Super Mario, est un cas d'école dans le monde de l'adaptation. Comment faire fit des bases originelles pour en ressortir un élément qui n'a plus grand chose a voir. Le problème, c'est que beaucoup d'adaptations suivront cette logique.




Ou le trouver ?

Le film est sortie en DVD Zone 2, mais pas en France, il faudra donc se tourner vers l'import pour profiter du film.



31/08/2009
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 3 autres membres