Saint Seiya : Typing Ryûseiken (PC - 2002) et Saint Seiya : Ougon Densetsuhen Perfect Edition (Wonderswan - 2003)

<---- RETOUR

 

 



Saint Seiya : Typing Ryûseiken

(PC - 2002)

 

 




Bon, le typing, c’est une catégorie de jeu où l’on doit rapidement taper sur son clavier les mots qui apparaissent. Chaque fois que vous réussissez, vous chargez votre cosmos, chaque fois que vous loupez, vous prenez un coup. Quand le cosmos est bien chargé, vous pouvez rentrer le nom d’une attaque pour causer des dégâts à l’adversaire.

 

Inutile de dire qu’une bonne notion de Japonais et une habilité au clavier sont plus que conseillées si l’on veut se lancer dans ce jeu. Et faut vraiment le vouloir car tout n’est qu'images fixes, pas de véritable animation ou quoi que ce soit qui motiverait d’aller plus loin.

 

 


Dans le genre Typing on a vu plus fun, ne serait-ce que sur le net.

 




 


Saint Seiya : Ougon Densetsuhen Perfect Edition

(Wonderswan - 2003)

 

 



 




En 2000, Bandai lance la Wonderswan Color. Et histoire d’être sûr d’en vendre un maximum, le studio décide de mettre en avant plusieurs licences populaires. Saint Seiya fait évidement partie des licences et quoi de mieux que de sortir un nouveau jeu Saint Seiya ?

 
Sortir un remake de l’épisode NES.


Et c’est reparti pour un tour !



Bon qui dit remake, dit retouche et donc on peut espérer que les développeurs ont corrigé les défauts du jeu original. C’est le cas dans une certaine mesure, mais ce n’est pas pour autant que le jeu est bon, loin de là.

Déjà, graphiquement, le jeu est joli, on reconnaît les persos, c’est coloré, il y a des décors, les spirites sont soignés, bref ce n’est pas une agression pour l’œil contrairement à l’original. En revanche, l’animation est mauvaise, flirtant avec les 2 images par seconde. Et pour les musiques, ce sont celles du jeu original remixé.

 



http://static.blog4ever.com/2009/08/345667/artfichier_345667_1743926_201302052355692.jpg

Petit comparatif, ça ne fait pas de mal.

 

Pour le gameplay, nous allons de surprises en surprises. Non, pas des bonnes surprises. Enfin, disons qu’il y a des idées qui semblaient bonnes sur le papier mais qui ont été très mal gérées.

Par exemple, concernant l’histoire, le jeu se veut plus proche de la série que l’original. Oui, c’est sympa, le truc c’est que du coup on se tape des kilomètres de dialogue et de séquences où l’on ne joue pas.

 

Là où ça devient critique, c’est que bien que voulant être plus respectueux du déroulement de l’histoire principale, le jeu se permet des raccourcis et des coupes aberrantes que même la version NES ne s’était pas permis. Pour vous donner une idée, vous n’affronterez aucun chevalier noir et un seul chevalier d’argent en tout et pour tout et vous ne commencerez à jouer avec les autres chevaliers de bronze qu’à partir de la maison des gémeaux. Tout le reste n’est montré que via des dialogues et rares dessins.

 




Du combat contre Misty, à l'arrivé du sanctuaire, il ne se passera rien ! Tout n'est que scénettes et cinématiques.

 

Le plus grand changement de gameplay vient de la partie exploration, et pour cause, ils ont tout revu. Il n’est plus possible de sauter, on ne va pas s’en plaindre ceci dit vu à quel point les séquences de plateformes étaient minables dans le jeu original. En fait, exploration est un bien grand mot puisqu’il n’y a plus grand chose à explorer. Ne craignez rien, il y aura toujours ce maudit labyrinthe de la montagne de la mort.

Hormis ces montagnes, il n’y a plus d’exploration, que de la ligne droite. La ville à été réduite de moitié, ce qui n’est pas un mal. Il n’y a plus d’hôpital, c’est Miho qui vous redonne des points de vie. Ceci dit, comme dans la série animée, elle va vite devenir inutile au fil de l’aventure.

 




Notons également un souci dans la hitbox.

 

En effet, à l’instar du deuxième saint Seiya sur NES, vous serez amené à faire face à une multitude d’ennemis lambda qui viendront se prendre vos poings dans la gueule. Mais contrairement à l’autre jeu, tout ceci est parfaitement gérable. À chaque fois que vous tuez un ennemi, vous regagnez du cosmos et de l’expérience, et ils arrivent de façon infinie.

Et là, vous tiltez l’astuce. Dans la mesure où il est possible d’échanger son cosmos contre des points de vie (et inversement) autant se friter contre ces pauvres soldats jusqu'à ce que le cosmos et les points de vie soient au maximum avant d’aller affronter les vrais chevaliers. Alors ça prend du temps et il faut être patient vu que ces séquences sont d’un basique ennuyeux (pas de saut, un seul coup), mais une fois fait, vous aurez acquis assez de cosmos et d’expérience pour enchaîner les ennemis sans soucis et le jeu devient d’une facilité déconcertante.

 




Avant/après ou un parfait endroit pour se mettre à fond.

 

Les combats style RPG eux sont toujours aussi mauvais et sans stratégie. On remplit ses barres, on balance et basta. Avec toujours ce côté aléatoire dans les dégâts. Il faut cependant noter que certains combats sont hyper scénarisés et donc impossibles à gagner, ça arrive souvent une fois au sanctuaire et c’est agaçant, surtout quand on a un niveau élevé.

 

Entre le leveling poussif, les combats à la RPG sans saveur, l’histoire charcutée comme pas permis et ses nombreuses phases de dialogues, le jeu se montre au final plus ennuyeux qu’autre chose.

 




Le genre de combat bien scripté ...les illustration se compte sur les doigts d'une main.

 

On s’ennuie alors que le jeu est loin d’être long. Deux heures environ pour le finir en prenant son temps pour monter de niveau et en se perdant dans le labyrinthe des montagnes. Cette durée de vie, je peux la confirmer puisque j’ai terminé le jeu. Oui, même si je n'y connais rien en japonais, vu que j’avais déjà fait la version NES je savais où aller et à quoi correspondaient les menus.

 

Cette Perfect Edition avait été faite à la base pour faire de l’épisode NES quelque chose de bien via quelques réajustements, au final elle montre que ce dernier était tellement mauvais que même avec toutes les retouches imaginables, il est impossible d’en tirer quelque chose de bon.







SUITE ---->



17/01/2013
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 3 autres membres