Saint Seiya 2 : Kanketsu Hen (Famicom - 1988)

 

<---- RETOUR




Saint Seiya 2 : Kanketsu Hen

(Famicom - 1988)

 

 





Apparemment, le premier jeu n’a pas bien marché en France puisque cette suite est restée au Japon. N’ayant aucune notion de la langue, j’aurais pu en rester là. Mais heureusement on est à l’époque d’internet et j’ai pu trouver une version patchée du jeu en anglais. D’ailleurs, pourquoi, au vu de la popularité de la licence dans les pays latins, c’est au final un anglophone qui se lança pour offrir une version traduite ? Enfin bon, ne crachons pas dans la soupe et "profitons" pleinement du jeu.

 

Bon, l’intro est la même que celle du premier Saint Seiya, à la différence que cette fois on a le droit au générique Pegasus Fantasy version 8 Bits. L’écran-titre est le même, on lance le jeu et…

 






…Ouah ! Ils ont réussi à faire plus moche que le premier. C’est flashy, c’est moins détaillé, les décors sont vides, bref c’est une agression pour les yeux. Seuls les passages face aux chevaliers d’or semblent un peu travaillés (un peu parce que les décors sont inexistants).

Oui, vous avez bien lu. Les chevaliers d’or. Car contrairement à ce qu’indique le titre, ce Saint Seiya 2 n’est pas vraiment une suite du jeu de base, que ce soit au plan du gameplay ou scénaristiquement. C’est ainsi que l’on se retrouve encore une fois avec le sanctuaire et ses 12 maisons à traverser.

 

Donc, on prend les mêmes mais on ne recommence pas. Comme dit plus haut, le gameplay a complètement changé. Le truc, c’est qu’ils nous ont pondu un système tout aussi pénible, mais pour des raisons différentes.

À l’instar du futur jeu PS3, le jeu se divise en 2 phases, les phases de plateforme/action où l’on doit se frayer un chemin jusqu'à la maison suivante et les phases pseudo-RPG où l’on affronte le chevalier d’or.

Dans le jeu, vous avez 3 barres, la barre de cosmos, la barre de vie et la barre de septième sens, et avant de commencer un niveau il faudra doser à votre guise votre barre de vie et de cosmos entre les chevaliers. Le cosmos détermine la puissance de vos coups et la vie… ben, vos points de vie. Je reviendrai sur la barre de septième sens plus tard. Puis on choisit son chevalier et en avant Guingamp.

 




Comme dans la série, Mü vous aidera.

 



Bon, commençons par les phases d’action. Comme dit plus haut, c’est moche, mais en plus ce n’est pas très maniable, les héros ont encore moins de mouvements que dans le précédent jeu et se contentent de donner un coup de poing à la portée très limitée.

Et la galère commence, car en plus de la jouabilité douteuse, il va falloir compenser avec les ennemis qui vont venir vous assaillir. Vous n’aurez pas de moment de répit, les ennemis et obstacles viennent sans cesse et de tous les coins. Si l'on se dit que l’on peut gérer les simples soldats, l’arrivée de lanciers et de pierres auront vite fait de vous mettre sur les nerfs.

 

Et au-delà de ça, le jeu est fourbe, car lorsque vous vous faites toucher, vous perdez non seulement des points de vie, mais aussi des points de cosmos. Or, comme je l’ai dit plus haut, le cosmos détermine la force et moins vous en avez, moins vous ferez de dégâts et donc plus vous aurez de chance de vous faire laminer. Et dernière chose très rigolote, quand vous n’avez plus de cosmos, vous avez perdu.

Donc au final on n’a qu’une seule envie, c’est de vite atteindre la fin du niveau afin de subir le moins de dégâts possible et enfin quitter ces passages qui sont vraiment pénibles.

 




2 soldats, un rocher et une lance en un seul moment. Rien que du bonheur.

 



Et on arrive donc à la partie pseudo-RPG ou vous affrontez les chevaliers d’or. On retrouve diverses possibilités : combattre, parler, changer de perso etc.… Alors un point à souligner, le jeu se veut proche de la narration de la série animée, donc j’espère que vous vous souvenez très bien de certains passages, parce qu’il faudra utiliser certains chevaliers et parler avec les chevaliers d’or si on veut déclencher certains bonus. Sachant que si vous parlez au mauvais moment ou avec le mauvais chevalier, vous vous prenez une baffe.

Ces phases d’affrontement ont été simplifiées par rapport au jeu précédent et il n’est plus question de charger des barres, la puissance de vos coups dépendra de votre cosmos. Mais soyons honnête : la façon dont sont distribués les dégâts reste très aléatoire.

 

En l’état, il vous est impossible de battre un chevalier d’or, vous n’aurez pas assez de Cosmos ou de points de vie pour résister à ses assauts et ce même en changeant les chevaliers au fur et à mesure. D’ailleurs, autant prévenir que si vous changez de chevalier, celui que vous maniiez avant sera inutilisable de tout le combat, quels que soient ses points de vie ou de cosmos.

Pour avoir une chance de battre un chevalier d’or, il va falloir booster vos points de vie et de cosmos grâce à la barre de septième sens. En effet, les points de cette barre peuvent être redistribués à loisir entre les différents protagonistes et leurs états.

 




Aucune chance si vous ne chargez pas tout à fond et n'avez pas vos 4 chevaliers.

 



Vous allez me dire : "Certes mais comment on la remplit cette barre de septième sens ?"

Eh bien c’est là que le jeu finit de montrer sa puissante pénibilité.

La barre de septième sens ne peut se remplir que lors des phases d’action !

Oui parce que ce que j’avais volontairement omis de préciser, c’est qu' chaque fois que vous battez un ennemi lors de ces séquences, vous gagnez quelques points de septième sens. Donc, en plus de devoir se démener comme pas permis pour garder des points de cosmos et des points de vie, il va falloir volontairement aller se friter contre les soldats pour gagner des points de sens, et donc par conséquent avoir de grandes chances de perdre des points de vie et de cosmos. Et au final vos points de sens gagnés serviront en partie à récupérer les points de vie et de cosmos perdus.

 

Et si vous vous dites "bah, j’ai qu’à rester au début du niveau et me contenter de casser la gueule aux soldats basiques jusqu’à ce que ma barre soit pleine", oubliez tout de suite cette idée, car les développeurs ont été assez fourbes pour faire que le jeu vous balance des rochers si vous restez trop longtemps dans la même zone. Bref, tout a été fait pour vous compliquer la vie. Au final, je n’ai pas pu dépasser la maison des gémeaux, le jeu ayant fini par tuer mes chevaliers et ma volonté de continuer par la même occasion.




SUITE ---->



17/01/2013
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 3 autres membres