Princesse Zelda (1989)

Auteur : Studio DIC

 

 

L’article d’aujourd’hui est un peu délicat à mettre en place. En effet Princesse Zelda, est une série qui a plus de 20 ans (diffusé en 1989) et qui n’a, contrairement aux Super Mario ou Sonic de la même époque, connu qu’une brève carrière de 13 épisodes et aucune sortie vidéo sur le territoire hexagonal (hormis 2 VHS introuvable aujourd’hui).

C’est donc délicat à mettre en place car au final, la seule source pour pouvoir revoir ces épisodes sont des vidéos streaming VO à la qualité médiocre et je ne risque pas d’être totalement objectif au sujet de la VF par exemple. Tout ça pour dire que, si je me plante dans cet article ou si la qualité des images est décevante, je m’en excuse d’avance.

 

 

 

 

Comme dit plus haut, la série Princesse Zelda fait partie de ces nombreuses séries adaptées de jeux vidéo des années fin 80/début 90. C’était l’âge d’or de Sega, mais surtout de Nintendo qui voyait énormément de ses titres adaptés ‘’l’apogée’’ (entre guillemet car ce n’est pas de façon qualitative) ayant été atteinte avec Captain N, série à la gloire de la société. Princesse Zelda ne connu pas le même succès que ses prédécesseurs, n’ayant jamais dépassé les 13 épisodes. Quels furent les raisons de cet échec ? C’est ce que nous allons voir.

 

Si on jette un coup d’œil hasardeux, Princesse Zelda ne semble pas faire vraiment tache. L’animation et dans les standards de l’époque (voir légèrement supérieur) et le design est loin d’être moche, les décors plutot réussis. On retrouve même diverse référence au jeu, comme la musique, les objets, les créatures, la Triforce, voir même des bruitages directement issu du jeu. Bref sur la forme ça ne s’annonce pas si mal que ça.

 

 

 

 

Vous me connaissez et me voyez venir avec le paragraphe précédent, car effectivement si la forme s’en sort, le fond détruit tout ce qui aurait put en faire une série ne serait-ce que sympathique.

La première raison vient du scénario, on peut comprendre qu’avec seulement 15 minutes il est difficile de faire une histoire convenable, mais le fait est que même avec la meilleure volonté du monde, ont a du mal à se sentir impliqué dans ces histoire. Il faut dire que lorsque le scénario ne se contente pas sue de ressortir le même schéma, il manque clairement de peps.

Au-delà de ça, les situations sont parfois ridicule, comme le fait que l’on rentre dans le château comme dans un moulin par exemple : dés le premier épisode les créatures de Ganon arrive dans la salle de la Triforce par la trappe d’entrée (car situé dans une tour) comme si de rien n’était.

 

 

 

 

 

Mais ce qui achève définitivement la série, c’est les personnages. Il est vrai que le jeu ne comptait que 2 épisodes à cette époque et que les héros n’étaient pas très bavards, ce qui fait que chaque joueur pouvait y voir ce qu’ils voulaient. Mais cela n’excuse pas vraiment le résultat obtenu. En effet les personnages, notamment les 2 héros sont insupportable. Link agit comme un adolescent capricieux et Zelda, même si on peut saluer le fait qu'elle ne soit pas réduite au rôme de princesse culcul juste bonne à se faire enlever, peut se montrer vraiment agaçante a toujours remettre en place ce dernier.

Pour revenir à Link, au-delà de son caractère, c’est également sa motivation première qui, pardonné l’expression, fait vraiment pitié. À chaque épisode il aura pour but de se faire embrasser par la princesse, voir d’autre fille, le reste c’est limite s’il s’en moque (il se plaindra d’ailleurs souvent de vivre dans le château). Glorieux n’est-ce pas ?

Les perso secondaire ne s’en sorte pas mieux, le roi est limite un père noël et Ganon aurait put être réussit si ne se faisait pas laminer facilement à chaque fois. Et oh joie pour ceux qui ne supporte pas Navy dans Ocarina of Time, les auteurs de la série avaient déjà mit une petite fée à la voix crispante.

 

Terminons sur le doublage, on y coupera pas, outre la voix d’ado insupportable de Link dans la VO, cette dernière est surtout connu pour son fameux "Excuse Me, Princess !" de Link. balancé deux à trois fois par épisodes. Le nombre de fois qu’il l’a lancé en seulement 13 épisodes est tout simplement hallucinant. C’est d’ailleurs devenu un même sur l’internet anglophone. Un type s’est d’ailleurs amusé à réunir en une vidéo toute les fois ou Link balance cette "PubchLine" dans la série.

 

 

 

Cela veut t’il dire que la VF est meilleur ? Pas forcément, si cette dernière à le mérite de varié les mot d'excuse de Link et que notre héros est loin d'avoir une voix insuprtable dans cette version, on notera des changements au cours des épisodes que ce soit sur certain terme (la Triforce d’abord appelé Fore Trois avant d’être rappelé Triforce), ou les voix (selon wikipédia, en 13 épisode la princesse Zelda changea 4 fois de doubleuse, dont une fois en plein épisode). Bref pour une fois, le débat VO/VF ne sera pas de savoir quel version est meilleur, mais laquelle est la moins pire.

 

Un extrait de la VF :

 

 

 

Que conclure sur Princesse Zelda ? Que malgré sa réalisation honnête, il n’est pas étonnant qu’elle n’ait pas convaincu les téléspectateurs, car possédant des défauts de narration et de fond qui aurait plombé n’importe quel série qu’il s’agisse d’adaptation ou non.

 

 

Où le trouver ?

 

Comme dit plus haut, en dehors de 2 VHS hyper rares, il n’y a rien en France pour re-visionner la série.

 

Notez le coté "barbie" du titre

 

Il faudra donc se tourner vers l’import pour avoir le coffret de l’intégrale de la série, non sous-titré cela va de soi.

 

 

Super Jaquette au passage (ironie inside)

 

Bonus :

 

Après les excuses, l'autre grande manie de Link :

 



08/09/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 3 autres membres