Blue Dragon : Ral Ω Grad (2006)

Auteurs : Tsuneo Takano, Takeshi Obata 

 

 

 

 

Afin de se faire accepter du marché japonais, Microsoft entrepris une véritable campagne de séduction. Outre une console vendue moins cher que dans le reste du monde, la boite de Bill Gate acquis auprès de studio japonais, des exclusivités susceptible de plaire au public de l'archipel. Parmi ces studios, on retiendra Mistwalker de Sakaguchi (le créateur de Final Fantasy), qui réalisera 2 RPG : Blue Dragon et Lost Odissey.

Blue Dragon étant le premier titre du studio et une exclusivité Xbox 360, Microsoft et Mistwalker se lancèrent dans une vaste campagne promotionnel afin de faire connaître le jeu, parmi les différent moyen de promotion, on notera un manga scénarisé par Tsuneo Takano et dessiné par Takeshi Obata : Blue Dragon Ral Ω Grad, qui s'avérera un outil de promotion très étrange tant il est éloigné de l'œuvre d'origine, aussi bien sur la forme que sur le fond.

 

 

 

 

Vu que le design du jeu a été supervisé par Akira Toriyama on pourrait se demander pourquoi avoir fait appel à Takeshi Obata, au style totalement différent, pour le dessin. On pourrait, mais il n'y a aucun mystère à ce sujet. Obata ayant enchainé 2 mangas a succès (Hikaru No Go, et Death Note), l'avoir comme dessinateur permettait d'attirer un certain nombre de lecteur qui avait apprécié son travail, bref un moyen de s'assurer du succès de l'œuvre.

Seulement voilà, passé du style simple de Toryama à celui très détaillé de Obata est assez troublant quand on passe du jeu au manga ou inversement et il n'est pas dit que ceux qui apprécie l'un apprécieront l'autre.

 

L'histoire de Blue Dragon : Ral Ω Grad se passe dans un monde médiéval où les hommes affrontent les Kage, des créatures de l'ombre (au sens littéral) dirigé par la reine Obscuria. Afin de mettre fin à cette menace, Mio délivre Ral, un jeune garçon enfermé depuis l'enfance dans une pièce plongé dans l'obscurité.

Le scénario de Blue Dragon Ral Ω Grad est à l'image du dessin, c'est-à-dire opposé au jeu d'origine. En fait, en dehors des ombres vivantes, l'histoire du manga n'a rien à voir avec celle du jeu. De plus, on sent que tout a été fait pour séduire un publique plus adolescent.

 

 

 

Dites vous bien qu'on est loin des enfants plein d'innocence du jeu vidéo. Outre le fait que l'histoire se déroule dans un monde moyenâgeux en guerre, le manga à vraiment tendance à la jouer ecchi.

Ainsi le héros (âgé de 18 ans) ne pense qu'aux filles, et a leur tripoter les seins. La reine Obscuria est une bombasse (je n'ai pas trouvé d'autre mot), qui attache beaucoup d'importance a son physique, changeant a chaque fois d'apparence en prenant possession d'une fille. Les Kage lui obéissent dans l'espoir d'avoir un peu de ses cheveux, salive ou sous-vêtement.

 

Au final a force de vouloir s'attirer un publique plus large, Blue Dragon : Ral Ω Grad n'a plus rien à voir avec le jeu vidéo. Tous ces efforts auront d'ailleurs été vain car le mangas ne rencontrera pas le succès escompté et s'arrêtera au bout du quatrième volume.

Cet arrêt prématuré crée d'ailleurs un souci dans la narration. Si Blue Dragon Ral Ω Grad se lit facilement dans ses 2 premier volume, le fait est qu'il traine en longueur et que l'intrigue peine a avancé à partir du troisième. Puis d'un coup, à cause du faible succès, tout se précipite et se termine en 2 chapitres. Bref, Blue Dragon : Ral Ω Grad à un problème de rythme narratif.

 

 

 

Adaptation promotionnel n'ayant aucun rapport avec l'œuvre qu'elle est censé mettre en valeur, Blue Dragon : Ral Ω Grad, se montre donc comme une curiosité et un cas d'école. La preuve que le succès n'est jamais acquis, même quand on met tout en œuvre pour toucher un large public.

 

 

Où le trouver

 

Les 4 volumes sont sortis en France aux éditions Kana.



20/11/2009
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 3 autres membres